Le mentoring ou mentorat, une autre forme d’accompagnement

Hommage à Claude Monnet, dans une très belle exposition à la Fondation LVMH

J’ai la chance d’avoir participé à la création d’un dispositif de mentoring et d’être mentor depuis plusieurs années pour le réseau des Essenti’elles de BPCE, et plus récemment pour Anggels, qui met en relation créateurs ou créatrices d’entreprise et mentors qui donnent de leur temps pour les accompagner dans leur montage de projet, jusqu’aux premiers clients.

Dans un précédent article, j’avais expliqué comment j’accompagnais les créateurs et créatrices d’entreprise, à travers le coaching individuel, les ateliers collectifs pour être en capacité de pitcher avec authenticité et efficacité, la démarche spécifique Shynlei, le co-développement que j’ai développé ces dernières années, y compris pour des intrapreneurs, et j’y ajoute le mentoring qui complète la panoplie des formes d’accompagnement possibles.

Catherine Thibaux, qui a accepté de répondre à mes questions sur son parcours et son expertise en matière de mentoring dans ce podcast a publié un ouvrage qui fait référence sur le sujet, à la fois pour les institutions et entreprises qui veulent mettre en place un dispositif, et également pour les mentors et les mentorés qui se demandent si le mentoring est fait pour eux : Les clefs d’un mentoring réussi pour progresser dans sa vie professionnelle, aux éditions Studyrama Pro, que je vous recommande vivement.

Voici la définition qu’en donne Catherine : « Le mentoring est une relation d’aide, sur la base du volontariat, entre deux personnes qui n’ont pas de lien hiérarchique ni fonctionnel, et dont l’une est plus expérimentée. Cette relation d’aide repose sur des rencontres régulières pendant une certaine durée (en général un rendez-vous par mois pendant six mois à un an), au cours desquelles le plus junior, appelé mentoré, apporte sujets et questions dans le but de bénéficier gratuitement et confidentiellement de l’expérience professionnelle et personnelle du plus senior, appelé mentor ».

« En entreprise, il est proposé à des collaborateurs de middle management, dits à potentiels, susceptibles d’évoluer au sein de l’organisation. Le mentoring est considéré comme un moyen, parmi d’autres (formation, coaching, réseaux de pairs), mis à disposition du collaborateur pour comprendre l’entreprise, ses codes implicites, lever des freins éventuels et favoriser sa progression. »

Le mentoring a de plus en plus de succès dans les entreprises ou institutions : il est proposé par les réseaux mixité pour favoriser la carrière des femmes par exemple, par les RH pour permettre aux jeunes arrivé.es de s’intégrer plus vite ou aux futurs dirigeants d’évoluer dans des viviers, ou pour renforcer les compétences digitales des seniors grâce aux juniors dans un système de mentoring croisé.

Etre mentor m’apprend beaucoup, je fais de belles rencontres, et je grandis avec mes mentorées. Elles ont des objectifs variés : changer de métier ou de classification, anticiper une réorganisation interne, réussir une mobilité interne ou externe … Leurs objectifs évoluent parfois au fil de nos rencontres, avec un objectif de séance défini en amont selon leurs besoins. Elles s’approprient le dispositif, en étant actrices de son organisation : pas de contrainte, mais une chance pour sa carrière dont chacune tire profit comme elle le souhaite.

L’identification des « paires » mentor/mentorée n’est pas due au hasard : le choix des mentorées en fonction de mon profil entre en résonance avec leur propre problématique, et c’est la magie de l’accompagnement.

La relation de mentorat est non conventionnelle nous rappelle Catherine dans son ouvrage (la fonction importe moins que la volonté d’entraide), libre (le mentor et son mentoré sont eux-mêmes et échangent sur un plan d’égalité avec authenticité ; les sujets abordés sont définis librement également), gratuite (c’est un cadeau, avec don et contre-don), sans obligation de résultat, donc sans pression, dans un espace où chacun peut s’exprimer et se poser en toute sécurité, pour prendre le temps de la réflexion sur son évolution professionnelle.

Voici pour exemple les témoignages récents de deux mentorées que j’ai accompagnées :

Emilie : « Mes objectifs initiaux ont évolué vers une réflexion sur mon positionnement dans la nouvelle organisation de mon entreprise actuelle. Cet accompagnement m’a permis de me poser les bonnes questions sur mon métier, mes compétences, ce qui me motive, ce qui me déplait, ce pour quoi je suis douée. Prendre le temps de réfléchir à tout ça m’a fait du bien et m’a rassurée sur le fait que, quoi qu’il arrive, dans mon entreprise ou ailleurs, j’ai les capacités pour y arriver. Il m’a aussi permis de structurer mes réflexions et a rendu les choses plus faciles à aborder. Je n’aurais pas été aussi loin toute seule et j’aurais eu tendance à m’éparpiller. Je me suis sentie en confiance et comprise et j’ai pu progresser. »

Delphine : « Mon objectif initial était d’évoluer vers des fonctions managériales dans mon domaine d’activité ou dans un autre domaine, dans mon entité ou au sein du groupe dans lequel je travaille. Au final, le mentoring a abouti à une mobilité interne dans un autre métier et sans responsabilités managériales. Grâce à un travail d’introspection réalisé sous ta supervision, j’ai fait le point sur mes qualités et compétences et les forces/faiblesses pour devenir manager. Ce qui m’a semblé confortable : ton écoute, la facilité de nos échanges, ton soutien, ta disponibilité en général et notamment pour échanger rapidement sur la préparation des RDV RH, tes conseils en matière de formation, ta relecture de mon CV et des lettres de motivation. Ce qui m’a manqué : les rendez-vous en présentiel, du fait de la crise sanitaire. »

Avec Anggels, j’ai la chance d’accompagner Lovisa depuis plus d’un an, qui est en phase de création d’entreprise. Voici le témoignage qu’elle a bien voulu nous livrer, et je l’en remercie vivement :

« Après vingt ans de carrière dans la construction et l’aménagement de bureaux, j’ai décidé de faire une reconversion professionnelle et de devenir coach et diététicienne. Dans ce changement à 180°, Nathalie m’a accompagnée, d’abord pour clarifier mes idées afin de définir mon nouveau projet professionnel dans ses grandes lignes, puis pour affiner au fur et à mesure sa mise en œuvre. De plus, je me lançais sur un marché que je ne connaissais pas au départ. Le mentorat par Nathalie m’a permis de profiter de son expertise dans le domaine du marketing et de la communication pour bien définir ma cible et pour savoir comment l’adresser.

Lorsqu’on se lance dans l’entrepreneuriat, et en particulier le solo-entrepreneuriat, il me semble essentiel de s’entourer de personnes bienveillantes pour ne pas rester seule au risque de se décourager face à la complexité du projet. Le mentorat comme accompagnement permet en plus de bénéficier des compétences et de l’expérience du mentor pour accélérer l’avancement du projet et d’éviter de prendre des mauvaises directions. 

Je viens tout juste de lancer la phase opérationnelle de mon activité. La poursuite du mentorat me permet de continuer d’échanger avec Nathalie qui offre des moments de prise de recul pour maintenir le cap. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.