« Manager dans l’incertitude »

Interrogez votre posture managériale par le mouvement corporel

Les managers sont les pivots de l’activité de l’entreprise : ils sont ceux qui organisent et animent le travail des équipes. Ceux, aussi, dont les prises de décision et les postures ont un impact démultiplié. Les managers constituent donc un point clé dans la chaîne du changement pour toute entreprise.

Ils vivent parfois des situations d’inconfort ou d’incertitude dans leur propre entreprise, et dans des contextes eux-mêmes en mouvement permanent. Il leur est demandé d’expliquer le changement, de lui donner un sens, de fixer les objectifs et le cap, de donner les moyens aux équipes de réussir, de les motiver, d’évaluer les résultats. Y compris lorsque leurs propres repères changent. Et quels que soient leurs opinions, ressentis, ou analyses de ce qui leur est demandé d’engager. Ils peuvent alors se sentir pris dans des conflits de valeurs ou face à des injonctions contradictoires. Il a été constaté par ailleurs que les équipes qui travaillent dans une culture de prise de responsabilités, de collaboration et d’initiative sont plus facilement convaincues de pouvoir affronter les difficultés. La confiance en soi, alliée à la foi en l’autre et en l’entreprise, motive à donner cet effort supplémentaire qui sera décisif.

Fortes de ces constats et de nos singularités d’expériences et de compétences, nous avons souhaité, avec Elodie Bergerault, chorégraphe et Sabrina Murphy coach (1), concevoir ensemble un parcours collectif expérientiel qui interroge la posture managériale par le mouvement corporel.

Faites émerger de nouveaux appuis, en vous et avec les autres !

Son principe : favoriser une prise de conscience corporelle et émotionnelle, qui est plus forte et mémorisable qu’une compréhension purement théorique et cérébrale. L’un vient avec l’autre, pour se renforcer mutuellement. D’ailleurs, ago, racine du mot « agilité » ne signifie-t-il pas « mouvement de soi qui entraîne le mouvement des autres » ?

Ce parcours inédit permet de :

  • Transformer les nœuds ou blocages vécus par les managers en opportunités de découverte de nouvelles ressources durables pour eux-mêmes, pour leurs collaborateurs et pour leur entreprise
  • Changer leur regard sur ces situations d’inconfort
  • Faire émerger des appuis inexplorés
  • Les rendre moteurs de leur propre transformation et de celle de leur entreprise

Il s’adresse : aux managers de proximité ayant plus de 5 ans d’expérience dans la fonction de management, qui perçoivent leur environnement d’entreprise comme mouvant ou incertain et ont le désir d’élargir le champ de leurs ressources pour accomplir leurs responsabilités de façon plus sereine. Ainsi qu’à toute personne qui souhaite s’interroger sur sa posture face à l’inconfort (entrepreneurs, indépendants, membres de réseaux etc.).

Transformez des situations d’inconfort en opportunités de développement !

Ce qui sera engagé :

  • La perception du changement et de l’incertitude
  • Les appuis et ressources mobilisés pour dépasser les difficultés ou obstacles rencontrés
  • La place et le rôle de chacun dans le groupe
  • La coopération et le leadership

Pour connaître plus en détail le programme de ce parcours et ses modalités d’animation pour votre entreprise, contactez-moi.

Télécharger la brochure de présentation.

(1) Elodie Bergerault

« Danseuse, chorégraphe, j’ai fondé Danaïade en 2002 et réalisé ainsi des projets autour du mouvement pour de nombreuses marques (Chanel, Lancôme, Kenzo, Renault, Airbus, Air Liquide, Issey Miyake, La fondation Dubuffet, le Musée des Arts Décoratifs…

Passionnée par la danse et le mouvement sous toutes ses formes, je fédère, transforme, facilite les mouvements, conduis un changement, rends créatif un groupe. »

Site : http://www.danaiade.com/

(1) Sabrina Murphy

Spécialiste de la transformation RH (nouveau leadership, transformation managériale, intrapreneuriat, innovation) et également coach certifiée, Sabrina a piloté de nombreux projets au coeur de grands groupes et d’ETIs. Elle met en mouvement des individus, des équipes et des projets pour créer de la valeur multiple en travaillant à différents niveaux en même temps : dirigeants, managers, collaborateurs, process, parties-prenantes. Entrepreneure, Sabrina est aussi fondatrice et « Chief Ecosystem Energizer » de In’Possible, un écosystème dédié aux leaders en mouvement et à l’intrapreneuriat durable. Elle intervient en tant qu’experte pour la direction générale des entreprises (Ministère de l’Economie), l’EMLyon et le Cnam.

Site : www.in-possible.com

Nathalie et Elodie ont conçu et animé ensemble un atelier sur le leadership en mouvement (BPCE, Alumni des Arts & métiers …).

Pour plus d’informations, contactez-moi.

PS : parcours éligible au budget formation en entreprise.

A écouter, rencontre en podcast avec Elodie, série Mine de rien.

#Episode 6 podcast Elodie Bergerault

6ème épisode de la série de podcasts que j’ai initiée avec Mitrane Couppa, et un fil conducteur pouvant être décrit ainsi : nous faire découvrir des histoires singulières, des parcours de vie et des conquêtes. Conquête d’indépendance, de liberté, d’identité.

Avec une question fondamentale : comment changer, se transformer, évoluer et / ou s’accepter en restant fidèle à soi (ses valeurs, son héritage, ses loyautés) ?

Retrouver la série complète ici ou sur Spotify.

Formée en danse classique, contemporaine et baroque, Elodie travaille en tant qu’interprète au sein de plusieurs compagnies indépendantes et centres chorégraphiques. Passionnée par la danse et le mouvement sous toutes ses formes, Elodie fédère, transforme, facilite les mouvements, conduit un changement, rend créatif un groupe.

Parallèlement à son activité de danseuse et chorégraphe, Elodie Bergerault fonde Danaïade en 2002. Au sein de Danaïade, elle réalise différents projets autour du mouvement pour de nombreuses marques (Chanel, Lancôme, Kenzo, Renault, Airbus, Air Liquide, Issey Miyake …).

En 2016, nous avons conçu ensemble un atelier sur le leadership. De cette expérience commune, est née une complicité, qui s’entend dans cette interview où Elodie partage avec nous sa conception du mouvement et sa relation au corps.

Je sens et ressens le mouvement « entre » les choses, les hommes, j’aime le révéler et m’en servir pour créer du lien.

Leadership en mouvement et la série Game of Thrones

Capture d’écran 2016-06-06 à 11.30.12.png
Pour compléter l’article publié récemment, on retrouve dans la série Game of Thrones la notion de mouvement associé au leadership, au centre de l’atelier co-créé et co-animé avec Elodie Bergerault de Danaïade, que je propose dans mes domaines d’intervention.
Dans l’article Cinq leçons de leadership à tirer de la série Game of Thrones, on y lit ainsi qu’un leader doit, selon Yaël Gabision (Smartside), « savoir mettre les gens en mouvement. Il est magnanime, protecteur, reconnaissant, exemplaire… »
Le leader est donc non seulement en mouvement, mais il contribue aussi à mettre les autres en mouvement.
Les cinq leçons :
  1. S’adapter pour survivre
  2. Capitaliser sur ses forces… et sur ses faiblesses
  3. Susciter l’adhésion
  4. Gérer les luttes de pouvoir
  5. Surveiller sa réputation auprès de ses pairs

Dans le même registre, je vous recommande l’interview vidéo d’Edgard Grospiron, ancien champion de ski de bosses, aujourd’hui consultant en management pour les entreprises, sur le site horizon entrepreneurs.fr.

Pour lui, la motivation d’un entrepreneur ou d’un leader se cultive, « ce n’est pas un don du ciel, c’est une énergie qui s’entretient, qui se transmet, qui se reçoit. Le travail à faire pour entretenir cette motivation : avoir une vision qui a du sens, toujours renouvelée, avec une stratégie, et prendre du plaisir aussi, en se centrant avant tout sur ce que l’on sait faire de très bien. J’ai pu durer et réussir au plus haut niveau dans le ski en capitalisant sur ce que je savais faire le mieux. »
Qu’est-ce qu’un bon patron ? Pour Edgard Grospiron, c’est quelqu’un qui « sait créer un espace d’aventure et de conquête pour que chacun de ses collaborateurs y voit un lieu d’accomplissement. C’est ça le métier de dirigeant : c’est faire réussir ses équipes dans ses aspirations et ses résultats. Lorsque je suis arrivé dans le ski, je voulais gagner. Mes entraineurs m’ont fait prendre conscience que si je voulais gagner, il fallait que je grandisse, que je maîtrise mon art, que je prenne ma vie en mains, et des responsabilités. Et puis aussi que je sois heureux dans ce que je faisais. A partir de là, les résultats arrivent parce que les conditions ont été créées pour que les résultats arrivent ».

 

 

 

Le leadership en mouvement

zz.png

Photo prise de lors de la réunion annuelle des Essenti’Elles avec une chorégraphie dansée par les 200 participants de la salle, un grand moment de vitalité et de joie partagées !

J’ai la chance d’avoir rencontré Elodie Bergerault de Danaïade, experte en mouvement, chorégraphe, et ensemble, nous avons conçu un atelier sur le leadership, à destination des femmes du réseau Essenti’Elles de BPCE.
L’atelier Elles bougent !  invite les participantes à bouger et à s’interroger sur la posture du leader. La promesse : « ouvrez vos perceptions, lâchez vos préjugés, surprenez-vous et voyagez dans votre corps… » En co-animation, nous proposons avec Elodie une expérience inédite, créée sur mesure pour les Essenti’Elles.
Si vous êtes intéressé, contactez-moi pour en savoir plus.
Pourquoi le leadership me direz-vous ? Encore un mot à la mode dans les entreprises… Et pourtant, pour briser le fameux plafond de verre, les femmes ont leur part à jouer pour se libérer de leurs peurs, freins, auto-censures, et soumissions en tous genres. Ce qui ne dédouane pas les entreprises d’une action volontariste contre les préjugés de recrutement, de management ou de promotion, et des réformes structurelles indispensables à mettre en oeuvre (en matière de salaire, formation, accompagnement, mobilité…), pour que les femmes accèdent à des postes à responsabilité et tout simplement par équité.
Les ouvrages abondent sur le sujet, et depuis ces dernières années en particulier à destination des femmes pour qu’elles osent ! Je suis plutôt réservée sur l’injonction, qui peut laisser trop vite croire que les femmes sont seules responsables de leur impossibilité à évoluer dans leur entreprise (parce qu’elles n’oseraient pas) : trop facile. Il y a les individus, et il y a le système, qui facilite ou non la mixité et la diversité d’une manière générale, la mobilité et la transversalité, la prise d’initiatives et l’autonomie, ou les relations au travail transgénérationnelles par exemple.
A ces réserves, j’ajouterais une exception : le livre de Nathalie Loiseau, remarquable d’intelligence et d’authenticité. Son titre : Choisissez tout, Éd. JC Lattès. Il est remarquable, car il incite les femmes à revoir leur relation au travail, à la famille et aux hommes. C’est un électrochoc, qui a pour mérite de bousculer femmes et hommes dans leurs certitudes, et qui met en lumière les conditionnements intériorisés par les femmes depuis toujours.
Une vigilance : ne surtout pas tomber dans le travers qui fait florès aujourd’hui dans les conférences ou sur Internet, le soi-disant leadership spécifiquement féminin. Cet article explique bien en quoi c’est un piège dangereux pour les dirigeantes.
Le blog EVE, très bien fait, sur l’égalité femmes / hommes et se faisant l’écho des programmes mis en oeuvre par quelques grandes entreprises. Revue du web sur le leadership, à lire ici.
Pour concevoir cet atelier, j’ai fait quelques recherches sur la notion de leadership. Sa définition tout d’abord :  ce qui a trait à l’influence dans un groupe, et plus particulièrement les conditions d’exercice de l’autorité dans les organisations (mot anglais utilisé en France par Alfred Binet dès le début du XXe siècle).
De nombreux chercheurs se sont penchés sur cette question, en particulier aux Etats-Unis et dans d’autres pays, dont la France. Pour revenir sur l’historique des recherches et études entreprises sur le groupe et l’influence, je conseille les lectures suivantes :
En synthèse, à retenir :
La publication, en 1895, de La psychologie des foules de Gustave Le Bon est un événement important dans le paysage français. Le Bon y propose des solutions pour ne pas se laisser gouverner par la foule. C’est un succès immédiat, mais le terme que l’auteur emploie dans son ouvrage n’est pas tant celui de chef que celui de meneur. Ainsi, Le Bon est, dès sa parution, traduit simultanément en anglais, en allemand et en russe, et le psychologue français Alfred Binet, qui fait partie du comité de rédaction d’une revue de psychologie américaine, en fait aussitôt un compte rendu très négatif. Le premier texte de psychologie du leadership date de 1904 et est écrit par un Américain, Lewis Terman, qui, inspiré par le test de Binet qui vient d’être publié, sera l’un des inventeurs du concept de Quotient intellectuel.

Taylor, qui construit une théorie parfaitement déterministe sur l’organisation du travail, n’est pas étranger à ce vocabulaire et, lors d’une conférence qu’il tient à Harvard en 1909, il vante « les dons rares des grands conducteurs d’hommes qui appellent à la fois l’admiration, l’amour, le respect et la crainte. » Harvard, qualifiée de “mère des leaders”, est un lieu où l’on voit se formuler quantité de choses autour de ce discours sur le leadership. La Harvard Business School ouvre ses portes en 1908 et, quand bien même la première chaire de leadership n’y sera créée qu’en 1982, des enseignements dans ce domaine y sont dispensés dès l’origine. Aux États-Unis, l’école sera très tôt jugée comme le lieu de la formation des leaders dès leur prime enfance.

 

Seront déterminantes ensuite les théories de Kurt Lewin (1938), Lippitt et White, Fritz Redl (1954), Yalom et Liebermann… qui définissent les styles de leadership, la relation de l’individu au groupe et les phénomènes d’influence. En France, on se penchera avec attention sur les travaux de Jacqueline Barus-Michel et Eugène Enriquez, Vocabulaire de psycho-sociologie, 2013 (page 224) : « Freud attribuait le lien social (1921) à l’effet du meneur ou du chef. Celui-ci est sensé aimer tous les membres d’un amour égal comme un père et ses enfants. Le pouvoir repose sur la croyance : celle de ceux qui vont se soumettre parce qu’ils croient que ses représentants détiennent les clés de leur sécurité ou de leur bonheur. Ils ne s’aperçoivent pas que c’est la force de leur demande qui fait celle d’un pouvoir qui n’est souvent qu’un simulacre agité devant leurs yeux. »

Et pour Alain Duluc (Leadership et confiance, 2003) : l’enjeu du leadership et de la confiance ne se situe plus seulement dans la maîtrise de techniques et de savoir-faire managériaux rationnels. Bien sur, il convient toujours de connaître son métier et autres savoirs techniques. Mais la capacité à entraîner les autres avec soi, à leur donner envie d’avancer constitue un plus qui fait la différence. Mais cela ne se résume pas à une vision bien communiquée, il y a encore un autre plus. Il consiste à bien comprendre les êtres humains, leurs motivations profondes et à tisser avec eux des relations humaines plus riche. Cette évolution suppose des leaders capables de s’affirmer pleinement.

En appui, voici le témoignage incarné de Virginie Guyot, ex-pilote de chasse , première femme commandant de la Patrouille de France à 32 ans, qui sait combien performance et confiance sont intimement liées. « Dès le décollage, le risque est permanent, pas de droit à l’erreur. Nous mettons notre vie entre les mains de nos coéquipiers et réciproquement ».

Ses cinq conseils aux dirigeants pour susciter la confiance  :

  • Recruter en fonction des qualités humaines (et pas que techniques)
  • Prendre le temps d’écouter les autres
  • Etre transparent
  • Donner du sens et une direction
  • Etre exemplaire
Pour lire l’article complet sur les Echos Entrepreneurs.